M3 – Désolé mais mon chat n’a rien d’exceptionnel !

Nous avons vu que l’animal est doué de symbole. L’instrumentation est également à sa portée. Ça n’en fait pas un génie mais tout de même !

Qu’est-ce que la médiation? M3

Si la paralysie (ou akinésie) est la privation de motricité (ou kinésie), terme qui rappelle à juste titre que le kinésithérapeute est celui-là même qui fait parfois revenir le mouvement devenu impossible, l’opération est la gestaltisation des mouvements en trajet ou praxie pour continuer à parler grec. Son trouble est l’apraxie qui se caractérise par l’incapacité de diriger précisément son geste et le kiné n’y peut rien. Elle est déclenchée par une lésion cérébrale distincte et a été observée dès le début du XXème siècle.

La nosographie de l’apraxie est joyeusement bordélique : apraxie de la marche, de l’habillage (pourquoi pas de la brosse à cheveux non plus ?!), buccofaciale, constructive, idéatoire, idéomotrice. On y mélange tout, de la paralysie à l’atechnie dont nous parlerons plus loin. Or, du dysfonctionnement musculaire et nerveux à l’incapacité d’appréhender le fonctionnement d’une pompe à vélo, il y a un monde.

Comme pour la perception, il y a donc deux degrés de base dans l’action : les mouvements qui s’organisent en Trajet. Nombre d’animaux vont plus loin et on s’émerveille devant les exploits du singe savant et d’une ribambelle d’animaux bricoleurs.

Quant mon chat fait tomber des objets pour attirer mon attention, il associe un moyen à une fin. Il sélectionne de préférence un instrument qui va faire du bruit en tombant pour mieux attirer mon attention. Mon chat est génial ? Pas plus qu’un autre en fait.

Ma chienne qui avait un QI bien ordinaire poussait sa gamelle pour faire du bruit quand elle avait soif mais ne m’a jamais adressé la parole pour autant en 14 ans de vie commune. Il suffit que le lien fonctionne une première fois et qu’il se répète pour que finalement il soit mémorisé et s’établisse. N’importe quel animal de cirque sait cela : vous acceptez d’exécuter un tour idiot et vous obtenez une caresse, ou mieux, un sucre. Il agit par intérêt mais ce n’est pas l’ordre du jour.

A l’état sauvage, les pinsons des Galapagos utilisent de grandes épines de cactus pour attraper des insectes dans des trous. Les fourmis tisserandes utilisent la soie produite par des larves pour assembler des feuilles d’arbres. Les chimpanzés pêchent les termites à l’aide de baguettes. 

L’animal est donc capable d’instrumentation, c’est à dire d’associer un trajet 1 à un trajet 2, un moyen à une fin, un comment-faire à un quoi-faire, et cela en série plus ou moins illimitée. On appelle cela l’instinct. Le principe est le même que le symbole mais le contenu traité est différent.

Mais l’instrument ne vaut que durant son utilisation. L’animal exploite le contexte mais ne fabrique rien. Une fois les termites extraites, les baguettes redeviennent de simples morceaux de bois. Dans le cas du barrage, du terrier et du nid, les réalisations sont pérennes et survivent à leurs constructeurs mais elles tiennent de l’agencement ingénieux, parfois bluffant, et ne relèvent pas de l’habitat à proprement parler. Aussi durable que soit l’abri, il reste d’occasion et surtout relève de l’instinct, et non d’une analyse de tâches comme nous le verrons par la suite. 

J’entends déjà le lobby des castors qui montrent les dents. Je ne nie bien évidemment ni l’existence des barrages ni l’ingéniosité des nids encore moins le talent des abeilles. Gagnepain lui-même est, à mon avis, un peu rapide sur la question (p.137, DuVouloir Dire vol.1). Il parle d’expédient à propos de l’instrument, ce qui va parfaitement pour le bâton d’occasion dont se sert le chimpanzé et qui ne contient aucun programme intrinsèque. Mais ça ne semble pas tout à fait adapté à la termitière ou au nid de tisserin. 

Cependant il ne faudrait pas crier au génie trop vite. Aussi habile qu’il soit, l’animal reste bête. L’homme seul accède à l’outillage. Que la nature nous émerveille, c’est une chose. Qu’elle nous aveugle, c’en est une autre !

Tout le reste est littérature ! A la revoyure !

Pour aller plus loin sur le sujet :

http://www.atlantico.fr/decryptage/nid-oiseaux-termitieres-ou-encore-tour-eiffel-animaux-ces-remarquables-ingenieurs-et-architectes-souvent-copies-homme-yolaine-3033478.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *