O5 – Engin et Machine (contrepet s’abstenir!)

L’engin est souvent considéré comme une machine pas trop sophistiquée. L’un comme l’autre prennent parfois une connotation péjorative. La théorie de la médiation en fait des programmes d’intégration formelle. C’est pourquoi on mettra des majuscules pour ne pas les confondre avec de vulgaires bécanes.

le plan de l’Outil O5

Concevoir une machine-outil, c’est d’abord décomposer tout le process de fabrication en opérations simples avant de les recombiner en chaine. Imaginons que nous ayons à imaginer une machine à tartiner. Dans la vraie vie, ça s’appelle un couteau.

L’art du toast (part one)

D’un côté, le pain. De l’autre, la vache qui rit. Il va d’abord falloir trancher le pain avec la scie de la lame. Ensuite, couper une portion congrue de pâte: elle devrait adhérer à la lame et l’usage de la pointe ne sera sans doute pas nécessaire. Grâce au manche qui permet la préhension et à la soie qui est la partie de la lame encastrée dans le manche, le couteau va opérer une rotation d’un peu moins d’un quart de tour alors que la tartine sera maintenue. La lame enduite va alors venir racler la surface tendre du pain pour y déposer le fromage mou. Tout le monde sait qu’une vache qui rit qui sort du frigo sera difficile à tartiner sur une mie trop fraiche alors qu’un toast fera un parfait terrain de tartinage pour un fromage amolli. 

L’art du toast (part two)

Mais ce qui nous intéresse, c’est en fait le couteau dans lequel sont regroupés une pointe, un côté tranchant, un autre pour appuyer, une lame fixée dans un manche. Le couteau a longtemps servi de pique pour manger et à l’apparition de la fourchette, il s’est arrondi pour se distinguer du surin du boucher dont l’instinct de tueur repose encore dans le couteau à viande.

L’art du toast (scène coupée au montage)

Dans l’Engin, différents matériaux se conjuguent donc. Ce n’est par conséquent pas un ustensile matériel mais un programme, une unité abstraite d’encastrement de Matériaux. Le manche peut se composer d’une matière autre que l’acier de la lame, l’unité de l’engin reste complète: elle est en fait indépendante du nombre de pièces ou de matières. La théorie de la médiation parle d’hétérohylie (ou plurihylie) pour désigner l’intégration possible de plusieurs Matériaux dans un Engin unique. Additionnez transparence, isolation thermique et sonore, résistance, dureté, imperméabilité, vous obtenez le verre dont on fait les vitres.

L’art du toast (part three)

Le couteau à peindre, la pelle à tarte et la truelle sont des réalisations du même Engin: se maniant d’une main, elles sont toutes trois composées d’une lame mince, en forme de triangle ou carré, d’acier plus ou moins flexible, et d’un manche de fer recourbé se terminant par une poignée en bois ou en plastique. Même s’il n’est pas facile de même un nom sur chaque Matériau (préhensibilité, maniabilité d’une seule main, précision et protection grâce à la courbure, surface plane pour passer en dessous, transporter sur de très courts trajets, déposer, projeter, racler, aplatir ou étaler), vous comprenez bien qu’en un seul programme, se concentre une multiplicité de pour-faire. Mais il reste formel en ce sens où cet Engin sera mis en oeuvre différemment par le peintre, le serveur, l’archéologue, l’enfant sur la plage ou le maçon.

L’art du toast (part en live)

Sur la face téléologique, l’addition de tâches, c’est la Machine: une fois de plus, c’est un principe et non une bécane. Gagnepain a dû piocher dans le vocabulaire existant pour ne pas produire une théorie hors-sol. Du coup, on a tendance à réifier ce qui est faculté virtuelle. Je le répète, il faut faire un gros effort d’abstraction conceptuelle. La Machine est donc un programme unitaire dans lequel des tâches peuvent se superposer. Le fraisage ou le vissage combine la rotation et la poussée. Pour tartiner ou pour scier, il faut exercer une pression et une translation. La torsion rend l’arrachage plus efficace. Porter, contenir, protéger, fermer: voilà le sac, la valise et la bouteille. 

L’arrosoir à José

Ce principe s’appelle la polytélie: on le retrouve dans ce qu’on appelle trivialement l’outil ou l’engin. Les tâches s’effectuent simultanément. La paille permet d’aspirer, d’être précis et d’aller au fond du verre en même temps. Elle permet aussi de souffler et d’arroser mais pas au même moment. L’arrosoir permet de remplir, de contenir, de tenir, de transporter et de verser avec précision. Il relève de la même Machine que la burette : seules varient la nature du contenu et sa quantité.

Irma la glandeuse en pleine activité

Vous l’aurez, je l’espère, compris: l’Outil est un ensemble d’opération abstraites par lesquelles l’humain traite son rapport à la matière. Comme le Signe, la rationalité technique oeuvre en nous à notre insu: l’Outil nous dégage de l’immédiateté du faire animal. Mais celui-ci est directement efficace. L’analyse nous laisse pour l’instant dans l’inefficacité la plus totale, le loisir absolu avec une grille virtuelle de comment-faire et de quoi-faire qu’il va bien falloir rendre opérationnelle car en même temps que la tête dans les plans, nous avons les mains dans le cambouis. Encore un peu de patience et nous verrons comment se passe le retour à la matière.

Tout le reste est littérature ! A la revoyure!