P2 – Un sujet sexué et géniteur

Pour la théorie de la médiation, l’individu est biologique et le sujet animal. « Tout animal, tout corps, est sujet dans la mesure où il se prend en charge et doit pourvoir lui-même à ses besoins », écrit Jean Gagnepain. A la fois sexué (mâle ou femelle), le sujet est impliqué dans une relation d’engendrement ou de genèse (parent et progéniture) qui fait de lui un maillon grégaire de l’espèce. A fortiori, l’individu fait corps avec le troupeau et ne doit cette dénomination qu’à son caractère intrinsèquement indivisible plutôt qu’à son autonomie physique.

P1 – Un individu 100% bio

L’individualisme a le vent en poupe dans la dissociété libérale. Longtemps contesté par le #holisme, l’individu s’impose dans le libéralisme contemporain comme une évidence. Mais on peut toujours en chercher une définition claire, cela reste un fantôme idéologique, une fiction politique, une arlésienne philosophique.